L'Atlas de la biodiversité

Atlas de la biodiversité : quand et pourquoi ?

Lancé par M. Benoît Poulard, conseiller municipal délégué à l’Environnement, au Cadre de Vie et aux Mobilités douces, avec le concours des équipes techniques du Syndicat de l’Orge, l’atlas de la biodiversité est une action sur le moyen terme qui permettra, d’ici quelques mois, d’avoir un inventaire des espaces – faune et flore – installées sur notre territoire communal.

Pourquoi le Syndicat de l’Orge ? Ses équipes possèdent les compétences et les connaissances du terrain, ainsi qu’une solide base de données des plantes et animaux évoluant dans la vallée de l’Orge, ce qui constitue un point de départ important pour lancer notre atlas de la biodiversité.

Ce document sera le fil conducteur de plusieurs actions futures de mise en valeur, de défense et de pédagogie autour de l’environnement de Saint-Germain-lès-Arpajon, les espèces qui y vivent, comment les observer, comment enrichir ce biotope.

L’atlas de la biodiversité se veut un outil fédérateur

Outre l’apport technique des services du Syndicat de l’Orge, chacun d’entre nous est encouragé à y prendre part.

Comment ? Tout simplement en prenant des photos des animaux ou des plantes que vous observez sur notre commune lors de vos promenades, plus simplement, dans votre jardin.

Vous pouvez nous envoyer ces photos via l’application, dans la rubrique destinée aux action environnementales. Nous les collecterons et les classerons pour qu’elles viennent enrichir l’atlas germinois de la biodiversité !

Un ABC pour quoi faire ?

Le but de la démarche d’Atlas de la Biodiversité Communale est de constituer une aide à la décision pour les communes afin de préserver et valoriser leur patrimoine naturel.

L’ABC doit répondre aux objectifs suivants :

  • Apporter aux communes une information naturaliste suffisamment complète et synthétique, notamment cartographique, qui permette une intégration des enjeux « biodiversité » du territoire dans les choix des décideurs notamment par une traduction possible de cette connaissance dans les politiques publiques d’aménagement du territoire ;
  • Favoriser la compréhension et l’appropriation des enjeux de biodiversité propres au territoire par les élus, les équipes techniques municipales, les acteurs locaux (agriculteurs, forestiers, entreprises, associations, etc.) et les habitants ;
  • Impliquer les acteurs locaux pour construire, en concertation, des recommandations afin d’améliorer la gestion des espaces publics (voire privés) de la commune.

L’ABC permet de mieux connaître le patrimoine naturel et ainsi d’avoir une connaissance suffisante en amont pour intégrer les enjeux de biodiversité dans les réflexions concernant les différentes démarches d’aménagement et de gestion du territoire. C’est le préalable indispensable pour réduire notre empreinte écologique sur les écosystèmes.

L’ABC permet donc d’identifier les enjeux pour la biodiversité, qu’elle soit menacée et/ou spécialisée, et ainsi d’anticiper en priorité les impacts sur la partie la plus diversifiée de notre patrimoine naturel qui a besoin de milieux ou de conditions particulières.

Il faut que les espèces puissent se déplacer et accéder aux habitats qui leur sont favorables mais aussi que les habitats puissent assurer leur fonctionnalité. Le but est notamment de pouvoir créer, à terme, des liaisons entre les « réservoirs » de biodiversité identifiés sur le territoire et d’inscrire cette trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme et le fonctionnement urbain.

Mesures

  • Proscription des produits phytosanitaires ;
  • Réduction de l’éclairage nocturne ;
  • Gestion différenciée des espaces communaux ;
  • Actions ponctuelles allant de la pose de nichoirs à l’aménagement d’une prairie favorable aux insectes pollinisateurs.